Eh bien, parlons transition. C’est quoi ce moment-là? C’est le moment où l’on fait le passage d’une activité vers une autre. Par exemple, le temps entre « présentement, je joue » et « dans 5 minutes, je dois ranger » ou « maintenant je suis avec mes amis » mais « dans 10 minutes, je dois faire mes devoirs ». Cette petite zone peut être plus facile si elle est amenée agréablement. Je vous présente donc 3 astuces afin de vous aider avec votre marmaille.

1-Afficher l’horaire de la semaine.

Afficher l’horaire dans la maison afin que vos cocos puissent s’y référer. Pour un jeune enfant, on peut voir cela comme la routine. Afficher les images des étapes importantes de la journée afin qu’il puisse avoir un visuel de la prochaine étape. En plus d’aimer cela, c’est un bon outil pour éviter de toujours répéter, car on peut simplement lui demander d’aller voir sur l’affiche où il est rendu.

Puis, lorsqu’ils grandissent, on ajoute les activités de la famille comme les cours et les sorties. Cela aide aux enfants à se situer dans l’horaire, et plus ils vieillissent, plus ils apprennent à prévoir leur temps en conséquence. Cela évite certaines disputes par manque de communication.

Définir un horaire avec les enfants, c’est leur donner l’opportunité de se préparer à ce qui s’en vient!

2-Donner le temps aux enfants de terminer ce qu’ils font

Que dirais-tu si, pour une fois, tu avais le temps de lire un bon livre dans ton fauteuil préféré et que tout d’un coup ton amoureux ou ton amoureuse vient te voir et te demande de venir, MAINTENANT, passer la balayeuse? Se pourrait-il que tu bougonnes, que tu rouspètes ou que tu refuses tout simplement de faire ce qui est demandé?

Même chose pour nos cocos!

Parfois, les parents oublient que les enfants sont dans leur imaginaire en plein jeu, dans le moment présent, et que, lorsqu’on leur demande de tout arrêter pour venir manger ou venir faire leurs devoirs, cela les brusque. Et on dit qu’ils ne veulent pas se mettre en action! Mais en fait, il faut juste leur donner le temps.

Pour un petit, on va utiliser un langage qu’il connaît. Par exemple : « Tu fais cinq glissades et on retourne à la maison ». On peut même compter chacune des glissades pour l’aider à se repérer. Un cadran visuel ou un sablier peut aussi l’aider à voir combien de temps il lui reste.

Pour nos ados, on peut leur dire que c’est la dernière partie de jeux vidéo ou la dernière capsule sur YouTube, ensuite c’est la douche.

Permettre à notre enfant de cesser graduellement ce qu’il fait l’aide à conserver une belle attitude pour ce qui est demandé. Il se met dans le « mood » de ce qu’il a à faire et ça passe mieux… surtout lorsqu’on lui demande une tâche ménagère!

3-Amusez-vous!

Pourquoi pas? Les enfants adorent les défis! Quand on leur propose une course ou un défi, on change le négatif en positif et ça, c’est apprécié. Voici quelques idées :

-Voici ta partie de blocs et voici la mienne…, premier qui termine à les ranger!

-On fait la course…, premier qui est habillé!

-On fait spécial…, je fais ton lit et tu fais le mien!

Avec les tout-petits, une autre façon d’être dans le plaisir, c’est de chanter des chansons en mentionnant ce que nous avons à accomplir. Et si vous n’avez pas le goût d’être créatif, vous pouvez faire jouer la même musique en fonction du moment de la journée. (Un style de musique pour préparer au dodo, un autre pour annoncer le moment des devoirs, etc.).

Et comme les chansons risquent de ne pas trop plaire à vos ados, ils apprécieront certainement de choisir une chanson pour faire le ménage. N’est-ce pas motivant de travailler sur une musique qui nous plaît?

J’espère vous aider à adoucir les moments de transition avec ces quelques trucs, car définitivement, un défi majeur avec les enfants, c’est de les amener à coopérer avec le sourire!

Mélanie Charest, coach familial