Pourquoi fixer des règles à la maison? À quoi servent les limites?

 

Les règles et les limites sont très utiles pour enseigner à ton enfant comment il doit se comporter. Elles permettent de lui apprendre :

• ce qu’il peut faire et ce qu’il doit éviter de faire;

• nos attentes;

• les valeurs qui sont importantes pour nous. C’est le cas lorsque vous lui dites par exemple : « Ce n’est pas bien de faire du mal aux autres », « Il ne faut pas briser les choses » ou « Dans notre famille, on partage ».

Même si on ne les apprécie pas toujours, les règles et les limites aident à donner un plus grand sentiment de sécurité à l’enfant, surtout si elles sont appliquées avec constance. Il sait ainsi à quoi s’attendre et comprend de façon claire ce qui est accepté et ce qui ne l’est pas.

Les enfants qui n’ont aucune limite à respecter se sentent angoissés et perdus, parce qu’ils jouissent, tout simplement, d’une trop grande liberté. Chez les adolescents, rendus à leur âge, ils savent que c’est bien plus difficile pour un parent de dire non que de dire oui. Ils comprennent aussi, de plus en plus, que les « non » sont dits par amour. Quand il n’y a pas de règles, les ados se sentent laissés à eux-mêmes, ils ont l’impression que de toute façon, on se fout d’eux ou de ce qu’ils peuvent faire.

En plus, des règles, il y en a partout et même quand on est adulte. On doit respecter le code de la route, n’est-ce pas? En tout cas, moi je trouve ça rassurant de savoir que les gens s’arrêteront au stop ou à la lumière rouge. Cela permet une certaine fluidité, une cohérence, une prévisibilité rassurante.

Y a-t-il des règles dans votre maison?

Si oui, sont-elles connues de tous? Est-ce que tout le monde les applique? Je veux dire : est-ce que maman les respecte et est-ce que papa les applique aussi?

Si vos règles varient d’une journée à l’autre, votre enfant pourrait se sentir perdu et ne plus savoir quel comportement est attendu de lui. Votre tout-petit pourrait ainsi mettre beaucoup plus de temps avant d’abandonner un comportement inadéquat. Il sera aussi plus enclin à ne pas respecter les limites, car il aura compris que les règles ne sont pas toujours appliquées.

Lorsqu’on implique les enfants, on a de bien meilleurs résultats. Ils se sentent concernés, ils sentent qu’ils ont de la valeur et qu’ils peuvent donner leur point de vue et même parfois nous ouvrir les yeux sur leur façon de voir les choses.

Comment définir ces règles?

Premièrement, en prenant en considération l’âge et la maturité de l’enfant. Gardez toujours en tête qu’on respecte notre enfant, où il est rendu et qui il est.

Je vous donne 4 pistes pour vous aider à les composer :

1- Nommez les consignes de façon positive. Dites-vous que les enfants ne comprennent pas les « ne pas ». Si on dit à un enfant : « ne cours pas », eh bien, il entend « allez cours »! Au lieu de cela, on va trouver le mot qu’on veut qu’il fasse. Ici, on dirait « marche ». Vous allez voir, ça fait toute la différence de parler au positif, on a moins l’impression de chicaner tout le temps.

 

2- On s’assure que les consignes soient courtes. On va faire de petites phrases, c’est bien plus facile à retenir, et l’enfant risque moins de se perdre dans la demande.

 

3- On choisit des consignes claires, c’est-à-dire avec des mots précis. Dire à un enfant : « sois sage », ça veut dire quoi? On essaie d’être le plus précis possible, comme si on faisait lire chaque consigne à plus de 1000 personnes et qu’elles devaient les dessiner; on veut avoir le même dessin 1000 fois. Donc, on évite des mots comme sois sage, sois gentil, sois poli ou fais ça comme il faut!

 

4- Les règles doivent être pertinentes pour l’enfant… alors, si vous faites participer vos cocos dans l’élaboration des règles, vous aurez la chance de vous expliquer sur le pourquoi du comment. Et de son côté, il pourra demander pourquoi vous voulez que ce soit ainsi. C’est une activité qui se fait bien lorsque les enfants ont 8 ans et plus. Par pertinent, je veux aussi dire que ça ait du sens pour vous comme parents. Si vous ne faites pas votre lit le matin, ce n’est pas pertinent de le demander à votre enfant. Vous êtes le modèle, la référence; donnez l’exemple.

 

Plus les règles vont avoir du sens pour vous et pour votre enfant, plus ce sera facile pour vous de les faire respecter et pour votre enfant de les appliquer. Parce qu’il ne faut pas oublier que c’est super des règles, mais il faut que vous soyez à l’aise de les mettre en application, et ce, en tout temps.

 

Et la petite touche qui va vous aider à ce que ça devienne une façon de faire chez vous, c’est la CONSTANCE. Ça, c’est vraiment votre boulot de parents! C’est peut-être une des choses les plus difficiles à faire avec nos enfants. Ça veut dire que même si je suis fatigué et que j’ai eu une grosse journée, même si on est samedi, même si on est au resto, même si on a de la visite et même si je suis occupé, les consignes restent identiques tout le temps. En conséquence, les consignes ne varient pas, peu importe la journée, mon humeur ou la situation. Tout un défi, n’est-ce pas? On y va dans la mesure du possible, bien sûr.

 

Évidemment, vous aurez à les répéter plusieurs fois, mais votre persévérance finira par porter ses fruits. De plus, intervenir toujours de la même façon permet de sécuriser votre enfant.

Ce qui rend tout cela merveilleux, c’est que lorsque les enfants savent à quoi s’attendre, ils testent beaucoup moins.

Mélanie Charest, Coach familial

https://www.melaniecoachfamilial.com/