La réponse : malheureusement « NON »! Lorsqu’on veut amener notre enfant à coopérer, il doit se sentir respecté (comme une personne à part entière), impliqué et motivé. Même si vous n’aimez pas les routines, car vous trouvez cela ennuyeux, sachez que le cerveau immature de votre bambin en a besoin; 40 % du temps est consacré aux routines quotidiennes chez les enfants en bas de 5 ans.

Une routine, c’est quoi? C’est une série d’actions qui se déroulent, le plus souvent possible, de la même manière et très souvent, au même moment de la journée.

Cela permettra :

  • À votre enfant de se sentir en sécurité (car la routine fait partie du cadre à instaurer pour que l’enfant se sente rassuré) : prévisibilité, confiance en son environnement.

 

  • D’encourager l’autonomie et la responsabilité : en suivant les étapes, notre cocotte peut se préparer le matin par elle-même. Elle gagne en estime d’elle-même, apprend à se responsabiliser et vit des réussites.

 

  • De structurer temps et espace : se repérer dans le temps, connaître les attentes de ses parents, gagner du temps et de la rapidité.

 

  • D’avoir moins l’impression de tout dire quoi faire : on peut diriger notre enfant vers sa routine pour lui demander quelle est la prochaine étape, cela lui permet de réfléchir par lui-même.

 

  • D’avoir un impact sur son développement cognitif et affectif.

 

  • D’augmenter les moments d’harmonie familiale : on prévient certaines crises, on diminue l’opposition et on réduit l’argumentation, car l’environnement est prévisible donc l’enfant est plus zen et moins irritable. Comme il y a moins d’imprévus, il y a moins de déceptions et moins de frustrations.

 

  • L’organisation : devient aussi un aide-mémoire pour les parents, question d’être constant et conséquent.

 

  • De prévenir les discussions sans fin, car la routine est claire et bien établie donc il connaît ce qui s’en vient.

 

  • De se mettre dans un état d’esprit propice à la prochaine étape : lorsqu’on sait ce qui se passe après le bain, par exemple, il est plus facile de se mettre dans cet état d’esprit là ou en mode « plus relax », car on comprend que le dodo approche.

 

Il y a plusieurs types de routines que vous pouvez mettre en place :

1-Le matin. Ex. : lever, toilette, habillement, déjeuner, brosser les dents, jeux.

2-Le retour de la garderie ou de l’école. Ex. : jeux, souper, bain, jeux, histoire, dodo.

3-La routine du sommeil. Ex. : bain, pyjama, histoire, bizou.

4-L’habillage d’hiver. Ex. : salopette, bottes, cache-cou, tuque, manteau, mitaines.

 

La routine change selon l’âge et selon les capacités de notre enfant, alors on doit prévoir l’adapter de temps en temps.

 

Le fait d’afficher vos routines dans les endroits où elles sont utilisées (en images pour les tout-petits et en mots lorsqu’ils grandissent) permettra à votre enfant de s’y référer. Et surtout, établissez vos routines en toute simplicité : courtes et pas trop d’étapes.

 

On évite de supprimer une étape lorsqu’on veut donner une conséquence à notre enfant. Il est préférable de diminuer le temps alloué à ce moment que de l’enlever complètement. Même chose si vous êtes pressé dans le temps. Cela vous évitera des crises!

 

Parfois, il est bon d’adapter la routine selon le comportement de notre enfant. Par exemple, si le soir, votre fils arrive à la maison fragile émotivement, peut-être est-il mieux de prendre son bain avant le repas. Si votre fille prend un temps fou à s’habiller, peut-être commencer par cette étape avant d’aller déjeuner. Si elle a faim et que ça sent bon, elle fera un peu plus vite. Quand on change les étapes, on doit avertir et même consulter notre enfant (selon l’âge) avant de le faire et garder cette routine pour un minimum de 21 jours pour voir si cela apporte des changements.

 

Notre rôle de parent est d’accompagner nos enfants à devenir des adultes responsables, confiants, accomplis et sociaux et tout cela, avec toutes les émotions du quotidien. Donc, restez souples! Ce n’est pas grave de modifier de temps en temps la routine, vous aurez peut-être à le faire, car vous avez de la visite, vous êtes en vacances ou votre enfant est malade (toujours répondre aux besoins des enfants avant tout!).

 

Finalement, faites-le dans le plaisir! Optez pour des jeux et soyez rigolos! Plus c’est agréable, plus les enfants collaborent!

 

Mélanie Charest, Coach Familial