Les journées rallongent, les chauds rayons du soleil nous accompagnent, l’été est bel et bien installé ! Avec la saison des festivals qui débute et les vêtements qui raccourcissent, les tatouages éphémères ont la cote ! L’art traditionnel du henné, hérité des cultures orientales a traversé les frontières et gagne en popularité sur notre continent ! De quoi s’agit-il réellement, comment est-ce appliqué  On répond à toutes vos questions !

Le tatouage au henné, d’hier à aujourd’hui

L’histoire du henné et du Mehdi, qui consiste traditionnellement à faire des dessins sur la peau, plus précisément sur les mains ou les pieds, est très ancienne. Elle remonte à plusieurs milliers d’années. Il y a 5 000 ans, les Égyptiens coloraient de henné les ongles et les cheveux des momies. Vers 2 100 av. J.-C., la Syrie révèle l’usage féminin du henné sur les mains dans les rites d’épousailles; les mains de statuettes de divinités féminines portent des marques typiques de motifs au henné. Le henné est utilisé par plusieurs cultures comme ornementation cosmétique lors d’occasions spéciales, tels que les mariages et autres célébrations. Généralement, le henné est appliqué sur la peau, les ongles ou les cheveux. Maintenant, le henné s’est démocratisé et est utilisé comme tatouage temporaire aux quatre coins du globe. 

Le henné, qu’est-ce que c’est ?

La pâte de henné est un produit naturel. Les feuilles de la plante « lawsonia inermis » sont séchées et moulues en poudre fine de couleur vert-brun. Cette poudre est ensuite mélangée avec d’autres ingrédients naturels afin de produire la pâte de henné. C’est cette pâte qui est appliquée par un artiste sur une peau propre. Le dessin est réalisé à l’aide d’un cône. L’application doit être précise pour un résultat intéressant. La pâte, qui sera brune, brun-noir ou verte à l’application, doit sécher sur la peau. Après avoir enlevé la pâte séchée, le motif est d’un orange intense à rouge-orangé, pour ensuite devenir brun au bout de 48 heures. 

Crédit photo : Christian Auger

Tatouage au henné réalisé par Kim Robitaille de Beauté MKR. Les hennés utilisés par cette artiste sont faits sur place pour un meilleur contrôle de la qualité. 

Existe-t-il différents types de henné ? 

Le henné à base de plantes est le seul véritable henné. Il n’est pas noir, il est brun. Il existe aussi le henné cosmétique noir, blanc et pailleté, ce sont plutôt des pâtes appliquées en surface et qui adhèrent à la peau sans la pénétrer et elles sont non toxiques. Une option pour un look très glamour ! 

Le henné présente-t-il des risques ? 

Le soi-disant « henné noir » contient du PPD, un composé chimique toxique qui cause souvent des réactions allergiques et des démangeaisons permanentes. La vigilance est de mise ! Il est préférable de se tenir loin de toute forme de « henné noir » qui tache la peau !

Quelle est la marche à suivre pour conserver son tatouage au henné le plus longtemps possible ? 

Plus la pâte restera longtemps sur la peau, plus la peau sera colorée. Le henné n’aime pas l’eau. Pour bien l’entretenir, garder la peau hydratée et protégée avec une huile naturelle. Dépendamment de la zone du corps, de la peau et de l’entretien, le motif peut durer jusqu’à trois semaines, mais habituellement il dure de 10 à 14 jours. 

Quelles sont les tendances à suivre pour les tatouages au henné ?

Les mandalas sont présentement très tendance sur le dessus du pied, la cheville, les mains et les avant-bras en plus des épaules. Le henné sera également magnifique sur le ventre des femmes enceintes ou comme parure de tête pour les femmes ayant perdu leurs cheveux. 

Source : Kim Robitaille, Beauté MKR