Les Pelicans de la Nouvelle-Orléans forment un excellent club sur papier bien que le succès de l’équipe n’ait jamais été réellement représentatif du talent que possède la formation basée en Louisiane. Un joueur important de cette formation, l’arrière (shooting guard) Jrue Holiday, passe inaperçu malgré ce qu’il apporte soir après soir. 

Un changement bénéfique cette année 

Frère de Justin Holiday et d’Aaron Holiday, Jrue Holiday est membre des Pelicans depuis la saison 2013-14, depuis que les 76ers de Philadelphie l’ont échangé aux Pelicans pour Nerlens Noel et un choix de 1er tour en 2014 lors de l’été 2013. C’est d’ailleurs ces mêmes 76ers qui l’ont repêché au 1er tour, 17e au total, lors du repêchage annuel de la NBA de 2009. Évoluant à la position de meneur (point guard) durant la grande majorité de sa carrière dans la NBA, son entraîneur, Alvin Gentry, l’a confiné à la position d’arrière (shooting guard) cette année. Alors que les meneurs sont principalement reconnus pour être de bons passeurs, le Californien de 6’4’’ ne s’est pas empêché de dévoiler ses talents de passeur même s’il ne joue plus à cette position, lui qui cumule un bon total de 6 passes décisives par match.

Alors qu’au cours de sa carrière, le numéro 11 des Pelicans a toujours maintenu une moyenne de 15 points par match, il a connu cette année la meilleure saison au niveau des points par match avec 19. Cette saison de rêve a coïncidé avec le fait que Holiday est utilisé comme arrière plutôt que comme meneur. Il a aussi maintenu cette année la meilleure moyenne de sa carrière au niveau des rebonds par match avec 4,5. 

Des qualités et habiletés dans l’ombre de certains coéquipiers

L’arrière de 27 ans joue dans l’ombre de DeMarcus Cousins et d’Anthony Davis, deux super vedettes ayant des moyennes de points par match dépassant les 25 et des moyennes de rebonds par match au-dessus de 10, des chiffres hallucinants. De plus, les 2 grands joueurs cumulent ensemble 11 participations au match des étoiles. Ce n’est pas facile de se démarquer dans une équipe quand il y a une super vedette du calibre de Davis ou de Cousins, imaginez quand il y en a deux.

Comme beaucoup d’arrières, le numéro 11 des Pelicans est bon pour les lancers de 3 points. Il saute près du panier avec le ballon afin de pouvoir déposer le ballon dans le panier plus facilement. Malgré qu’il ne mesure que 6’4’’, Holiday est capable de « donker » par moments. Il est capable de dribbler entre ses jambes et il se sert de sa vitesse pour battre les joueurs adverses de vitesse. Explosif, il contourne les joueurs adverses et réussit toujours à se faufiler dans les trous qu’il remarque entre ces derniers. Il est aussi un bon passeur qui remet toujours le ballon à des joueurs démarqués, bien placés pour faire un panier. 

Alors qu’il joue dans la même équipe que deux joueurs tout étoile, on oublie souvent le réel impact qu’Holiday a et l’aide qu’il apporte à son équipe. Toutefois, je suis certain qu’Holiday préfère être un joueur négligé et dans l’ombre de plusieurs méga vedettes dans une équipe aspirante à un titre de la NBA que d’être le visage d’une équipe qui n’a pas de chance de veiller tard en séries.