Le besoin irrésistible d’adrénaline se transmet souvent des parents à leur progéniture, quel que soit le sport (typiquement extrême), comme le vélo de montagne, le ski, le parachutisme ou, dans le cas d’un des collaborateurs de Dumoulin Compétition, Gabriel Boisvert, la course moto. Le jeune coureur se retrouve à 15 ans au seuil d’une carrière professionnelle dans deux disciplines moto moins connues : la course sur ovale en terre battue, et le Supermoto, couru sur surface mixte terre-bitume, la même que le championnat mondial de Rallycross automobile.

Selon son père Yves, l’aventure a commencé pour Gabriel Boisvert à l’âge de 5 ans. « J’ai couru plusieurs années en auto et moto, surtout avant la naissance de Gabriel. Très jeune, il me voyait préparer les motos des autres pilotes. Il semblait intéressé, mais sans plus. La passion de la course moto a atteint Gabriel à l’âge de 13 ans, après une journée à tourner sur un petit ovale sur glace. Son pilotage me semblait presque inné, et de retour à la maison, il ne parlait que de retourner en piste. »

Dominique Laplante, la mère de Gabriel, appuie pleinement les efforts de son fils depuis le tout début de l’aventure : « Gabriel s’est investi dans sa discipline et demeure toujours déterminé à réussir. Son implication nécessite une maturité qu’il développe rapidement au contact des athlètes professionnels de haut niveau, tous plus âgés que lui. Malgré les dangers du sport, j’ai confiance en lui. Il calcule ses risques, grâce entre autres, à l’enseignement responsable du sport et de ses dangers transmis par son père.»

À 15 ans, Gabriel participe depuis 2016 aux séries québécoise et nationale, supporté par des partenaires clés, à bord de machines préparées par son père. Toujours aux avant-postes, il gagne régulièrement les épreuves auxquelles il participe. Son apprentissage accéléré résulte de sa présence en piste avec des pilotes « Pro », lors d’événements comme le premier week-end du Grand Prix de Trois-Rivières qui se tiendra les 3, 4 et 5 août prochain.

En plus de ses parents, les amis de la famille et son grand-père André Caissie, ses deux oncles, les frères et pilotes de course professionnels Jean-François et Louis-Philippe Dumoulin, accompagnent aussi Gabriel dans le développement de sa carrière. D’ailleurs, l’Équipe de course Dumoulin Compétition fait partie des partenaires principaux du jeune Trifluvien.

 « Je suis vraiment fier de mon filleul. Il performe bien dans ses disciplines, et surtout, il fait preuve d’une maturité au-delà de son âge dans ses démarches. L’observer en piste ou travailler sur ses motos me rappelle de bons souvenirs, dont mes débuts en Formule 1600 lorsque nous travaillions sans relâche dans le but de vivre de notre passion, tout comme lui », explique son parrain, Jean-François Dumoulin.

Louis-Philippe Dumoulin abonde dans le même sens que son frère : « Les succès de Gabriel m’impressionnent. Il sait s’entourer de personnes compétentes pour le guider vers l’atteinte de ses objectifs, en commençant par son père Yves, un atout majeur au niveau du pilotage, de la mécanique et de la préparation des machines. 

Gabriel Boisvert no12 en piste - Photo StyleImage

Nous voulons évidemment que Gabriel progresse et enchaîne les succès dans son sport le plus efficacement possible, et surtout qu’il performe au niveau scolaire. Selon moi, son éducation demeure sa priorité absolue.  

La région de Trois-Rivières comporte plusieurs circuits où il peut courir autant sur terre battue que sur la glace, et où sa grande capacité d’adaptation témoigne de son potentiel. Gabriel se présente de façon professionnelle, fait ses devoirs, autant à l’école qu’à l’atelier où il sait démontrer son sérieux éloquent pour un jeune de 15 ans », conclut Louis-Philippe Dumoulin qui lui a offert sa première moto.

Gabriel se présentera aux épreuves les plus importantes cette saison, en plus de planifier une saison complète aux niveaux provincial et national pour 2019, avec l’aide essentielle de partenaires déjà en place et à venir.

« C’est toujours spécial pour moi de courir devant le public de Trois-Rivières, chez nous. L’année dernière, nous avons terminé au 4e rang et nous ne visons rien de moins que le podium pour l’édition 2018. Venez nous voir en piste au Grand Prix de Trois-Rivières le week-end du 3 au 5 août prochain », mentionne Gabriel Boisvert.

 

Crédit photo photo bannière : Dany Massicotte