Appelez-moi Steve

L’espace de quelques heures, je suis devenu Steve McQueen, rien de moins. SI vous avez moins de 35 ans, et même plus vieux, vous n’avez peut-être aucune idée de qui il était. Pourtant, cet acteur des années 60 et 70 a connu un vif succès,  était la coqueluche des dames, et a pris le volant d’une voiture dans ce qui est probablement la plus célèbre des poursuites de bandits jamais filmés au cinéma dans le film Bullitt.

Mais la vraie vedette du film cependant, malgré tout le talent de l’acteur, c’est plutôt la Ford Mustang Fastback verte qui est depuis passée à la légende.

Petit intermède culturel : le film Bullitt est un film policier tourné en 1968 dans les rues de San Francisco, et mettant en vedette Steve McQueen. Ce dernier était non seulement acteur mais aussi cascadeur, et c’est lui qui, pour la majeure partie, a pris le volant de la Mustang qui se lance à l’assaut des méchants dans les rues montagneuses de la ville, ce qui a donné lieu à la poursuite la plus regardée du cinéma. Il faut dire que le tournage était unique : deux semaines, rues fermées, pour une scène qui dure 10 minutes, sans un seul mot de dialogue ou la moindre note de musique. Seul le ronronnement des moteurs (enregistrés quelques jours plus tard sur une piste par ailleurs) vient troubler la poursuite. C’est un must pour tous les amateurs. Fin de l’intermède.

C’est donc en l’honneur de cette scène légendaire, et de la voiture qui l’était tout autant, que Ford a décidé de relancer pour une quatrième génération la célèbre Mustang Bullitt. Et c’est dans les rues de San Francisco, sur le parcours même emprunté par Steve McQueen (mais sans la vitesse excessive et les sauts) que j’ai pu tester l’auto.

Techniquement, la voiture n’est rien de plus qu’une Ford Mustang GT que l’on a rebadgé, et à laquelle on a ajouté 20 chevaux pour un total de 480. Mais on l’a physiquement modifiée, enlevé les badges Mustang pour les remplacer par une seule plaque Bullitt à l’arrière (pour simuler le couvercle du réservoir de carburant comme à l’époque) et ajouté entre autres un pommeau de levier de transmission en forme de boule de billard blanche, clin d’oeil à la première version.

La voiture est disponible en vert Highland comme dans le film, ou en noir (comme la voiture des méchants qui est cependant une Charger). Mais c’est avec la sonorité que la voiture se distingue. On a vraiment tout fait pour copier celle de l’originale, et je vous avoue que c‘est assez réussi.

Mon propre Bullitt

C’est excité comme une puce sur le dos d’un chien que j’ai pris part à ce lancement, moi qui suis un fan fini. J’ai eu des frissons en prenant le virage de la rue Taylor à San Francisco, celui-là même que McQueen aborde avec enthousiasme. Et j’ai largement souri en prenant des photos à la marina de la ville, malgré la lourde présence de la brume.

Rouler sur le Golden Gate, virevolter sur les routes de campagnes sinueuses californiennes mais surtout profiter de chaque tunnel pour écouter l’écho du moteur de la Bullitt font aussi partie de l’expérience. Je vous le dit, pendant quelques heures, il fallait m’appeler Steve.

Et maintenant, la voiture est disponible chez nous pour un prix d’un peu plus de 57 000$. 

Hollywood, fait de la place pour le nouveau Steve McQueen!